Data et IA : favoriser l’innovation au niveau européen

Le projet EuHubs4data, financé par l’Union européenne, entend apporter une contribution majeure à la croissance des PME, start-up et entreprises européennes du web dans l’économie mondiale des données. Comment ? En mettant à leur disposition un catalogue européen de solutions et de services axés sur les données, afin de favoriser les innovations dans ce domaine. Lancé le 1er septembre 2020 pour une durée de 3 ans, et doté d’un budget de 12,5 M€, ce projet fédère 12 pôles d’innovation numérique (Digital Innovation Hubs, DIH) implantés dans 9 pays de l’UE. Parmi ces pôles d’innovation : TeraLab, la plateforme big data et IA de l’IMT. Entretien avec Natalie Cernecka, sa responsable du développement.

 

Quels sont les objectifs du projet EuHubs4data dont Teralab est partenaire ?

Natalie Cernecka L’objectif du projet est de fédérer les services fournis par les hubs big data européens pour exploiter pleinement les avantages rendus possibles par les différents acteurs du réseau.

En effet, il existe en Europe près de 200 pôles d’innovation numérique (DIH). Certains d’entre eux sont spécialisés dans les données. Individuellement, ces hubs sont très performants : ils fournissent différents services liés aux données et servent de lien entre les PME numériques et d’autres entreprises et organismes. Au niveau européen, cependant, on constate un manque cruel d’interconnexion entre ces hubs, ce qui rend très intéressante l’idée d’un réseau unifié.

Favorisant la collaboration et les échanges entre les hubs existants, le projet fournira une base solide pour une data economy européenne qui pourrait satisfaire les besoins croissants en données des PME numériques et des start-up qui travaillent avec des technologies comme l’intelligence artificielle (IA). L’accent sera mis sur l’interopérabilité des systèmes et le partage des données. Le projet est ainsi une étape importante vers la réalisation du plan de la Commission européenne visant à renforcer l’économie européenne des données et sa souveraineté numérique.

Comment allez-vous y parvenir ?

NC Le projet s’articule autour de deux axes : l’offre et la demande. Côté offre, on travaillera sur le catalogue des services et des datasets, et aussi sur une offre de formations en big data et IA. Coté demande, on mènera des expérimentations, avec trois sessions d’open calls, ainsi qu’un vaste programme de sensibilisation, dont le but est d’impliquer des centaines d’entreprises et organisations et de les inciter à innover avec les données.

EuHubs4data va proposer aux PME, start-up et entreprises du web un catalogue de services. Pouvez-vous en donner quelques exemples concrets ?

NC Le but est de proposer un catalogue fédéré de services provenant des partenaires du projet et de leurs écosystèmes respectifs. Par exemple, TeraLab pourra proposer l’accès à sa plateforme de partage de données, tandis qu’un deuxième partenaire offrira l’accès aux datasets, et un troisième rendrait disponibles des outils d’analyse de données ou encore des offres de formations. Les entreprises bénéficiant d’un catalogue complet pourront proposer à leur tour des services innovants à leurs clients.

12 pôles d’innovation numérique implantés dans 9 pays de l’UE sont partenaires du projet. Comment va se structurer cette fédération ?

NC La structuration de cette fédération va être précisée au cours du projet. Dirigé par l’Instituto Tecnológico de Informática en Valencia, Espagne, le consortium comprend des DIH mais aussi des grands acteurs européens du big data, comme Big Data Value Association dont l’IMT est membre, mais aussi International Data Spaces Association dont l’IMT est le représentant français et qui est au cœur de GAIA-X. Plusieurs actions sont dédiées à la structuration et l’expansion de cet écosystème. La structure devrait être assez souple, pour pouvoir incorporer de nouveaux membres, certains au cours du projet, d’autres dans un avenir plus lointain.

Quel sera plus précisément le rôle de Teralab ?

NC Le rôle de TeraLab dans le projet est triple. En premier lieu, Teralab est responsable du workpackage en charge de la construction du catalogue des services, au cœur du projet. En deuxième lieu, Teralab mettra à disposition sa plateforme big data et IA, mais aussi son expertise en sécurisation des données. En troisième lieu, en tant que DIH, Teralab accompagnera des expérimentations et des opens calls, qui vont utiliser le catalogue de services et des datasets.

Lire sur I’MTech | Intelligence artificielle : Teralab devient une « Digital Innovation Hub » européen

Quelles sont les prochaines étapes importantes du projet ?

NC Les open calls ! Le premier sera lancé en décembre 2020 ; cela signifie que la première itération de catalogue devrait être prête à ce moment-là. Les expérimentations vont débuter au printemps 2021. TeraLab les suivra de très près et accompagnera plusieurs entreprises participantes, pour mieux comprendre leurs besoins concernant les services, les données et l’utilisation du catalogue, afin d’en améliorer l’usage.

Pour en savoir plus sur le projet EUHubs4Data :

Propos recueillis par Véronique Charlet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *