métaux

Matières premières et nouvelles dépendances

Dix ans après la crise des terres rares des années 2010 et 2011, il est intéressant de faire le point sur les nouvelles dépendances en matières premières, métaux et minéraux, que font apparaître les transitions énergétique et numérique des pays développés, même si les conséquences de la pandémie de coronavirus sont encore difficiles à cerner à l’heure où ces lignes sont écrites.

La crise de 2011 est passée et les pénuries prédites à l’époque ne se sont pas concrétisées. Toutefois, la Chine reste le principal pays producteur des trois quarts des minéraux critiques qui figurent sur la liste publiée par la Commission européenne. Ce pays produit, par exemple, 94% de la production mondiale estimée de gallium et environ 80% de la production mondiale de tungstène et de terres rares… La Chine est le seul pays à disposer de l’intégralité de la chaîne de valeur des aimants permanents (de la mine à l’aimant), et plus de 90% des terres rares utilisées dans les génératrices à aimants permanents des éoliennes (principalement du dysprosium et du néodyme) viennent de mines chinoises. Le poids de ce pays dans la production de ces matières premières lui permet donc, par le levier de sa politique commerciale, d’avoir toujours un effet significatif sur les prix et sur la disponibilité de nombreuses substances critiques pour l’industrie française et européenne.

La crise sanitaire mondiale du virus Covid-19 peut rebattre une partie des cartes, mais les recommandations des administrations, française et européenne, pour limiter la dépendance en minerais et métaux vis-à-vis de certains pays, restent d’actualité. Ainsi, le recyclage concourt à sécuriser nos approvisionnements, quel que soit le contexte. La pandémie peut toutefois mettre en évidence des fragilités supplémentaires dans les chaînes d’approvisionnement. Par exemple, si la situation se dégrade fortement dans certains pays d’Afrique ou en Amérique du Sud, il est possible de voir apparaître des tensions sur les approvisionnements en cuivre, en cobalt, en alumine… D’autant plus que l’économie chinoise en redémarrant va créer une tension supplémentaire sur les stocks []

Extrait de l’introduction d’Isabelle Wallard
Ingénieure générale des Mines, Conseil général de l’Économie

Lire l’introduction complète

Matières premières et nouvelles dépendances
Sous la direction d’Isabelle Wallard
Annales des Mines
Série « Responsabilité & Environnement »
N°99 – Juillet 2020

Voir le sommaire, les résumés et les articles complets

Télécharger gratuitement le numéro complet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *