Suivre en temps réel son matériel industriel mobile avec Hiboo

La start-up Hiboo, anciennement incubée à Télécom Paris, propose une plateforme pour aider les industriels à mieux gérer leurs parcs matériels mobiles : matériels, marchandises, véhicules… Cette solution actuellement utilisée par les acteurs du secteur de la construction était notamment présentée lors du CES de Las Vegas, du 7 au 10 janvier 2020.

 

En 2016, la start-up Hiboo, alors incubée à Télécom Paris, a créé un boîtier connecté dans le but d’équiper de ce type de matériel le secteur de la construction. Sauf que ce-dernier regorge déjà de données non exploitées et y remédier n’est pas dans ses priorités. En effet, le secteur souhaite avant tout résoudre un problème récurrent : bien qu’il réalise d’importants chiffres d’affaires annuels, ses marges restent faibles.

« Nous sommes partis du principe qu’un des meilleurs moyens d’optimiser cette marge est de mieux comprendre l’activité du parc matériel au travers des données disponibles », explique François Jacob, co-fondateur d’Hiboo. La start-up prend alors un virage radical et change totalement de visage pour devenir un super agrégateur de sources de données. Une transformation qui donne naissance à sa plateforme actuelle, qui aide désormais les industriels à mieux piloter leurs opérations. Cette solution était présentée, au sein de la délégation IMT, du 7 au 10 janvier lors du CES de Las Vegas.

Collecte et tri des données, un travail de Hiboo

Sur le papier, les problématiques des industriels ayant des parcs mobiles sont globalement les mêmes : localisation du matériel, inventaire, temps passé sur site, consommation, identification des problèmes de machine, etc. Pourtant, sur le terrain, ils manquent de vision globale et l’inventaire de leur matériel prend beaucoup de temps sans être forcément exhaustif. Pour répondre à ces problèmes, Hiboo récupère les informations fournies par trois catégories de matériel : les véhicules connectés, les matériels inertes, et des matériels non connectés mais munis d’un ordinateur de bord.

Dans le secteur de la construction, les entreprises peuvent gérer des milliers de matériels simultanément. Parmi ceux-ci se trouvent les véhicules connectés qui peuvent provenir d’une vingtaine de marques différentes. Sauf que pour comprendre la place de chaque marque dans le fonctionnement global de son parc matériel, l’utilisateur doit récupérer les informations en se connectant à chaque plateforme de chaque marque. Une tâche quotidienne impossible.

Hiboo remédie au problème en agrégeant les données clés comme les coordonnées GPS, les consommations énergétiques ou encore les codes erreurs des machines, en se connectant aux serveurs de tous les constructeurs à la place du client. Les données sont ensuite harmonisées avant d’être analysées automatiquement par des workers. Ces robots isolent les valeurs aberrantes, comme par exemple une consommation de 2 500 litres de fuel en une journée par un véhicule. Une démarche ensuite validée par les ingénieurs d’Hiboo qui envoient un rapport final aux clients. Les utilisateurs accèdent ainsi à tout moment aux entrées et sorties des activités des matériels connectés sur un site.

Des solutions cachées dans les données

Hiboo équipe également les matériels inertes comme les pièces de grues, les bennes et les remorques avec des boitiers connectés émettant sur les réseaux de basses fréquences. Ils consomment peu d’énergie tout en permettant d’obtenir les coordonnées GPS et l’activité du matériel pendant plusieurs années. Les informations sont envoyées à Hiboo par les réseaux téléphoniques classiques. Avec l’aide d’un partenaire, la start-up équipe également des véhicules non connectés afin de récupérer des informations circulant dans leur ordinateur de bord. « On propose ainsi une solution complète sur quasiment tous les actifs d’un exploitant de matériel », ajoute François Jacob.

L’ensemble de ces données sont consultables par l’utilisateur sur la plateforme d’Hiboo. Toutefois, elles peuvent également s’intégrer à des applications comme des logiciels de facturation. La jeune pousse a ainsi permis de réduire le procédé de facturation de la société Suisse Bernasconi d’une semaine par mois en supprimant le bordereau papier. Un grand groupe de location de matériel industriel a récupéré, quant à lui, jusqu’à 700 jours de facturation mensuelle grâce l’identification de la surexploitation de son matériel. « Avec le traitement de données de terrain, nous pouvons aider les industriels à révolutionner les métiers de gestion de parc, de maintenance, d’affectation, de facturation, etc. », précise François Jacob.

Une technologie polyvalente

Hiboo souhaite aller plus loin dans l’exploitation des données et notamment des codes erreurs des machines et de leurs niveaux de gravité. « À partir de ces données et des historiques de maintenance, on veut faire de la maintenance prédictive et donc prédire la probabilité qu’une machine tombe en panne », explique François Jacob. Cela peut concerner un défaut sur un compresseur, une fuite d’huile, un moteur avec une tension faible, etc. Pour cela, l’équipe de la start-up couple les informations d’erreurs aux outils de gestion de la maintenance assistée par ordinateurs (GMAO) des entreprises qui les utilisent actuellement pour suivre l’évolution et maintenir les machines en condition opérationnelle.

Bien que destinée aujourd’hui au secteur de la construction, la solution de Hiboo peut s’adapter à d’autres cas d’usage grâce à sa maîtrise des flux de données entre différents réseaux. En 2020, la start-up couvrira par exemple le rallye Dakar. « En se connectant au réseau de communication satellitaire Marlink utilisé pour suivre les participants de la course, nous pouvons récupérer les informations des différents véhicules et suivre leurs performances sur notre plateforme », précise François Jacob.

 

Le CES : dernière étape d’une accélération en 3 temps

Du 7 au 10 janvier 2020, le CES de Las Vegas marquera l’étape finale d’une accélération en trois temps pour les start-up les plus prometteuses de l’IMT.

Étape 1.

Au départ : 42 jeunes pousses issues du réseau des 11 incubateurs IMT ont participé à l’édition 2019 de Vivatech en juin dernier.

Étape 2.

Parmi celles-ci, 20 ont été retenues pour présenter leurs solutions en novembre 2019 au Prix Innovation Bercy-IMT.

Étape 3.

Lors de cet évènement, les membres du jury en ont sélectionné 10 pour bénéficier d’un tremplin international grâce au CES. Les lauréats du Prix Innovation Bercy-IMT seront dévoilés lors de la soirée Convergences 2020, le 7 janvier 2020, en présence de l’écosystème de l’innovation français.

En savoir plus sur le Prix Innovation Bercy-IMT

 

Pour aller + loin : Découvrez les autres start-up de la délégation IMT au CES de Las Vegas !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *