transition industrielle

Transition industrielle et organisations émergentes : l’éthique en question

Les contributions qui composent cet ouvrage sont issues des travaux menés dans le cadre du projet de recherche TIEENE (Transition industrielle : enjeux éthiques et socioprofessionnels de la « nouvelle économie »), fonds d’amorçage « Industrie du Futur » 2018 de l’IMT. Certaines d’entre elles ont été présentées et discutées lors de la journée d’étude « Rationalités techniques et subjectivation. Approches socio-philosophiques, organisationnelles et économiques » organisée le 5 juin 2018 par le LASCO IdeaLab de l’IMT en collaboration avec l’équipe ETHOS (Institut Mines-Télécom Business School), ainsi qu’à l’occasion du colloque international, associant entreprises et chercheurs sur la question de la transition industrielle, « Les Escales du numérique » les 11 et 12 septembre 2018, en collaboration avec IMT Atlantique.

 

Les organisations émergentes (start-up, plateformes…), tout autant que les grandes entreprises et les institutions publiques qui se digitalisent, jouent un rôle crucial dans le développement de l’économie ainsi que dans l’évolution de nombre de réalités sociétales.

La métamorphose numérique a donné naissance à quelques global leaders bien connus (Apple, Google, etc.) qui sont désormais des catalyseurs importants et souvent indispensables de l’innovation dans le domaine du numérique. Mais cela, pour le meilleur comme pour le pire. Ces modes de développement économique favorisent le primat de la valorisation financière et de la flexibilité à court terme, souvent au détriment des équilibres sociaux, des impacts écologiques et des aspirations de plus en plus fortes en termes d’éthique. Si l’éthique se voit ainsi directement mise en question dans ces jeux de tension qui caractérisent la « nouvelle économie », de telles interrogations demeurent encore trop dissociées d’un nécessaire travail de déconstruction des représentations économiques et sociales dominantes.

Vis-à-vis de tels défis, un enjeu important du présent ouvrage est de souligner que c’est au sein des grandes transitions industrielles qu’une part de notre avenir se voit préfigurée. L’économie des plateformes mérite à cet égard une analyse critique approfondie. C’est à cette condition que de nouveaux horizons de sens pourront s’ouvrir, ceci aussi bien à l’échelle des échanges économiques que d’un grand nombre de réalités sociales et politiques.

À propos des auteurs

Pierre-Antoine Chardel est philosophe de formation et sociologue, professeur de sciences sociales et d’éthique à Institut Mines-Télécom Business School (IMT-BS). Ses activités de recherche se concentrent sur l’évolution des processus de subjectivation et de l’agir collectif dans les sociétés hypermodernes. Il s’intéresse plus particulièrement aux implications éthiques et socio-philosophiques des technologies numériques.

 

Sophie Bretesché est professeure en sociologie au sein du Département Sciences Sociales et de Gestion d’IMT Atlantique. Elle est codirectrice du Programme Fédérateur NEEDS (Nucléaire, Énergie, Environnement, Déchets, Sociétés) et coordonne le volet sciences sociales de la Zone Atelier CNRS « Territoires Uranifères ». Ses recherches concernent le temps et les techniques, la mémoire et les changements, les identités professionnelles et les trajectoires des entreprises.

Carine Dartiguepeyrou est membre du LASCO IdeaLab à l’Institut Mines-Télécom et maîtresse de conférences invitée à IMT-BS. Politologue et prospectiviste, elle mène des missions de prospective auprès de grands groupes et institutions publiques : aide à la réflexion prospective, à la conception de scénarios stratégiques, à la conception et à l’animation de laboratoires d’idées et d’innovation, à l’élaboration de missions de prospective stratégique et RH, d’anticipation des évolutions socioculturelles…

Thibault de Swarte est agrégé de sciences sociales, docteur et habilité à diriger des recherches en sciences de gestion de l’Institut d’Administration des Entreprises (IGR-IAE) de l’Université de Rennes 1. Il est maître de conférences à l’IMT Atlantique. Ses activités de recherche récentes portent sur l’éthique appliquée à l’intelligence artificielle, et sur la question des valeurs humaines qu’il convient de promouvoir dans ce champ.

Transition industrielle et organisations émergentes :
L’éthique en question
sous la direction de Pierre-Antoine Chardel, Sophie Bretesché,
Carine Dartiguepeyrou, Thibault de Swarte
Presses des Mines, 2019
Coll. « Libres opinions »
236 pages
29 € (broché) – 20 € (PDF)

Lire un extrait et commander l’ouvrage en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *