Accueil / A la Une / L’IoT, remède à l’hospitalisation prolongée

L’IoT, remède à l’hospitalisation prolongée

Améliorer la vie des personnes âgées sujettes à des maladies chroniques est l’objectif du projet CareWare, dans lequel Télécom SudParis et l’IMT se sont investis pendant 3 ans. Ce projet utilise des technologies d’e-santé pour suivre les patients à distance, et ainsi leur éviter des séjours à l’hôpital.

La version originale de cet article a été publiée sur le site de Télécom SudParis.

 

Avec 10 millions de malades chroniques en France, la question du maintien à domicile des patients est cruciale. Comment l’Internet des objets (IoT) peut-il être une réponse à l’accompagnement des malades ? C’est la problématique à laquelle se sont attaqués les chercheurs de Télécom SudParis, au terme du projet Européen CareWare. Le projet regroupe 14 partenaires, des institutions de recherche comme des petites et grandes entreprises françaises, belges et lituaniennes.

« Notre objectif avec CareWare est de fournir des outils de support, à la fois aux patients et au personnel médical », explique Marc Girod-Genet, chercheur à Télécom SudParis et collaborateur du projet. À l’origine de ces recherches, un constat : sur le marché, de nombreuses technologies de collecte de données existent (pour mesurer le rythme cardiaque, le taux d’oxygène dans le sang, la température corporelle, l’insuline, etc.) mais peu pour connecter ces technologies entre elles. C’est l’enjeu de l’interopérabilité.

Un langage pour faire dialoguer les capteurs

Dans ce contexte, Marc Girod-Genet et son équipe ont contribué au développement de l’architecture IoT capable de gérer l’interopérabilité souhaitée. En fusionnant les données de l’ensemble des capteurs, il est désormais possible de développer des applications supports utilisables sur smartphone à destination du personnel médical et des malades chroniques.

Les médecins et les soignants peuvent ainsi suivre le patient à distance, prendre plus facilement les bonnes décisions et gérer les situations de crise. Lors d’une chute la nuit par exemple, l’application prévient les aidants pour qu’ils interviennent immédiatement. L’architecture IoT globale se déploie soit directement chez le patient, soit dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

Trois défis pour l’architecture IoT

Les chercheurs ont dû surmonter trois défis techniques. D’abord, les technologies utilisées pour les prises de mesure étant de natures différentes, « il fallait définir des formats de données unifiés, que n’importe quelle entité, que ce soit un processus, une application, un médecin ou un patient puisse comprendre de la même manière. Nous avons également masqué cette différence de nature au niveau de l’application » précise Marc Girod-Genet. Grâce à l’expérience acquise en normalisation ETSI, l’équipe a étendu et amélioré la norme déployée précédemment pour l’adapter à l’architecture de CareWare, devenant ainsi plus performante.

Ensuite, l’architecture IoT prélève des données sensibles, sur la personne, mais également sur son environnement. Pour respecter les normes de sécurité européennes en matière d’e-santé, il a été nécessaire de mettre en place les mécanismes de sécurité adéquats. Le système global qui a été conçu respecte ces exigences.

Et enfin, pour optimiser les solutions, l’équipe les a co-conçues avec le personnel médical, les malades et des sociologues de l’IMT. En effet, le patient âgé peut être dérouté par une technologie inhabituelle pour lui. Le travail des sociologues vise à ce que le malade s’approprie facilement les nouveaux outils proposés, comme le smartphone, avec un minimum d’intrusivité. Les sociologues garantissent en même temps que ces appareils répondent au mieux aux besoins et aux attentes des patients. Les médecins, quant à eux, recommandent quels capteurs utiliser, quelles données choisir, quelles alarmes traiter et quels outils techniques mettre en œuvre, en fonction du contexte.

Le projet a fait l’objet d’essais cliniques, notamment dans un des EHPAD de l’Organisme d’hygiène sociale de Nancy. Sur les 25 patients qui ont testé l’application, un seul a été réticent à son utilisation. La phase de recherche de CareWare est désormais terminée et le projet est opérationnel pour une future commercialisation.

 

À lire également sur I’MTech :

Maladie chronique : que change réellement internet à la vie des patients ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *