Diffuser la culture scientifique, technique et industrielle, un enjeu sociétal – Entretien avec Guillaume Desbrosse

©Pierre Grasset pour La Rotonde

Quel est le rôle d’un centre de culture scientifique, et en quoi consiste le travail de son directeur ? Quels sont les objectifs de l’AMCSTI (Association des Musées et des Centres pour la diffusion de la culture Scientifique, Technique et Industrielle) ? Guillaume Desbrosse, directeur du CCSTI La Rotonde Mines Saint-Étienne, et récemment nommé président de l’AMCSTI, nous explique les enjeux et les objectifs des structures de diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle.

 

Quels sont les objectifs d’un centre de culture scientifique comme la Rotonde, et quel est votre travail en tant que directeur de la structure ?

La Rotonde a pour objectif de diffuser la culture scientifique, technique et industrielle, au plus grand nombre à travers de nombreux médias, pour répondre à un enjeu sociétal : créer les conditions de la rencontre entre les sciences et la société. La Rotonde est un lieu dans lequel on accueille une programmation culturelle annuelle à travers des expositions, du théâtre, des débats, des ateliers, des conférences, et ce pour tous les publics. On développe en parallèle des activités « hors les murs » qui permettent d’aller au contact des populations qui ne font pas la démarche de venir dans un centre de culture scientifique : événementiel, projets scolaires d’éducation aux sciences, projets menés avec des partenaires culturels de la ville de St-Étienne et au-delà…  On est également un centre de production de ressources de culture scientifique : expositions, albums jeunesse, bandes-dessinées, films… Tous les médias sont bons pour parler des sciences !

Au sein de la Rotonde, je suis directeur d’une équipe de neuf personnes. Ensemble, nous pensons et nous réalisons les projets. Je me charge de coordonner les travaux de l’équipe, de répondre à des appels à projets, de créer des partenariats et des collaborations avec d’autres structures et de développer des stratégies pour faire grandir le rayonnement de la Rotonde et de Mines St-Étienne. Nous avons ainsi développé de nombreux projets comme Mondo Minot, une exposition jeune public qui fait découvrir les sciences aux 2-7 ans. Elle a connu trois vies via trois nouvelles versions et a été présentée dans de nombreux lieux en France : elle est en ce moment au Quai des savoirs, à Toulouse. Nous avons également développé le projet Escapad, album jeunesse immersif, où le livre est associé à une tablette via un dispostif innovant et breveté. Esca’Pad emmène les 6-9 ans à la découverte de l’Île de Madagascar, où nous avons des partenariats avec plusieurs laboratoires de recherche et lieux culturels sur place. C’est un projet co-produit avec La Rotonde, Avant-goût studio, et Universcience, qui regroupe la Cité des sciences et le Palais de la découverte.

Escapad a récemment été présenté au Forum La Recherche et Sciences et Avenir. En savoir plus

À lire également sur I’MTech : L’expérimentation, cœur de la médiation scientifique à la Rotonde et le programme 2017-1018 de la Rotonde

 

Comment fonctionne l’AMCSTI ?

C’est une association qui regroupe 194 structures professionnelles adhérentes, dont de très grosses structures comme la Cité des sciences et de l’industrie ou le Muséum National d’Histoire Naturelle, mais également des associations plus petites dans toute la France.

Elle a pour fonction de fédérer les acteurs autour de projets, de thématiques, pour que les professionnels échangent, se rencontrent et augmentent leurs compétences. Il y a également un travail de positionnement stratégique au niveau national, d’interactions avec les différents ministères : il faut à la fois parler au monde de la culture, de l’éducation, du tourisme, de l’innovation, de l’industrie… La culture scientifique pousse à la transversalité. L’AMCSTI fédère les dialogues entre les professionnels qui sont sur le terrain et qui réalisent les projets, et le monde politique, les collectivités, qui soutiennent ces projets de diffusion de la culture scientifique.

 

Pouvez-vous nous parler de vos projets actuels ou à venir à l’AMSCTI ?

Nous allons lancer les nouveaux projets prochainement, et notamment la mise en place d’un plan stratégique sur les trois ans à venir. On travaille au développement de thématiques : l’année dernière l’axe « Cultures, croyances et sciences » a été proposé. Le but est de développer l’esprit critique des citoyens pour faire face à la montée des obscurantismes, et diriger le débat dans le bon sens en montrant les différences entre croyances et connaissances. Nous réfléchissons à des sujets autour de l’innovation, pour montrer comment notre association peut être source de collaboration dans ce domaine : nous avons un lien très fort avec le monde de l’entreprise, de l’industrie et des start-up. Dans les prochains mois, nous allons également lancer des thèmes sur la santé. Un groupe de travail se penche actuellement sur la thématique des vaccins, un sujet controversé. Nos concitoyens ont une défiance croissante vis-à-vis des sciences, qui s’explique par un manque de dialogue, de vulgarisation, la forte présence des fake news et un certain flou dans les discours. Notre travail est donc de fédérer les acteurs de l’association sur des actions et des thématiques précises.  Nous voulons ainsi offrir une vulgarisation innovante, créative et de haut niveau au public, afin qu’il puisse développer sa curiosité, son esprit critique, et se forger une opinion propre sur le monde d’aujourd’hui et celui de demain.

 

L’Amcsti est le réseau national des professionnels de la culture scientifique, technique et industrielle (Csti). Musées, muséum, associations, organismes de recherche, parcs zoologiques, universités, fondations… Une grande diversité d’acteurs est représentée au sein de l’association. L’AMCSTI accompagne et fédère ses membres afin de favoriser le développement et la reconnaissance des cultures scientifique, technique et industrielle.

En savoir plus sur l’AMCSTI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *