Accueil / A la Une / Une solution innovante dans le domaine de l’aérosolthérapie
aérosolthérapie

Une solution innovante dans le domaine de l’aérosolthérapie

Le projet AMADEUS a été sélectionné par l’ANR dans la catégorie Technologies pour la santé : il se concentre sur une solution originale qui comble le manque existant sur les modèles respiratoires afin d’évaluer les dépôts régionaux d’aérosol. Ce projet consolide les travaux de l’équipe de recherche sur les particules inhalées, pilotés par Jérémie Pourchez au Centre Ingénierie et Santé de Mines Saint-Étienne.

 

Le contexte de cette proposition est l’administration de médicaments en aérosol. L’aérosolthérapie est considérée comme majeure pour la prise en charge du traitement des maladies respiratoires chroniques. Les plus courantes sont la BPCO chez les adultes et la bronchiolite chez les enfants.

« Nous souhaitons développer un modèle pré-clinique ex vivo (correspondant à l’anatomie de l’adulte ou de l’enfant) avec des paramètres respiratoires contrôlés permettant de simuler de nombreuses affections respiratoires (de conditions saines à des affections pulmonaires obstructives). »

Le projet AMADEUS, « Modèles anatomiques pour la délivrance pulmonaire d’aérosol pour pathologies obstructives », est une démarche expérimentale novatrice qui vise à améliorer l’efficacité des traitements inhalés par nébulisation dans le cas de maladies obstructives.

Il sera mené en étroite collaboration avec le CHU de Saint-Étienne et la Faculté de médecine dans le cadre du laboratoire mixte INSERM/SAINBIOSE sur le campus santé innovations.

« Nos spécifications visent à mettre au point un modèle préclinique ex vivo moins coûteux et facile à utiliser, sans restriction éthique et montrant une grande pertinence par rapport aux données humaines in vivo. »

Ce modèle permettra en effet de réduire les essais sur les animaux (« principe des 3R »), puisque les poumons d’animaux utilisés dans cette étude ne proviennent pas d’animaux destinés à la recherche scientifique, mais de déchets organiques.

« Il offrira enfin un gain significatif en termes de perspectives d’innovation dans le domaine de l’aérosolthérapie. Les principaux défis médicaux ou sociaux à entreprendre grâce à ces modèles chimériques sont d’évaluer la délivrance de médicaments en aérosol. »

 

La version originale de cet article a été publiée sur Panoramines, le site d’actualité de Mines Saint-Étienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *