Accueil / A la Une / Les entrepreneurs du numérique, victimes de leur propre storytelling ?
storytelling, Flavien Bazenet, Thomas Houy

Les entrepreneurs du numérique, victimes de leur propre storytelling ?

Par Flavien Bazenet (chercheur à Télécom École de Management) et Thomas Houy (chercheur à Télécom ParisTech)

A l’initiative des médias ou des startupers eux-mêmes, une série d’idées fausses se répand sur l’entrepreneuriat digital, au risque de nuire à ce dernier.

Pour accéder à la presse grand public et spécialisée, les fondateurs de start-up numériques peuvent avoir intérêt à romancer leurs parcours. Ils transforment alors leurs aventures entrepreneuriales en véritables épopées. Ce storytelling nourrit un récit médiatique séduisant et contribue à susciter un nombre croissant de vocations dans l’entrepreneuriat. Il pose néanmoins question car il rend compte d’une réalité illusoire. Les exagérations et les dissimulations observées dans la presse peuvent même devenir contre-productives pour la prochaine génération d’entrepreneurs. Les porteurs de projets digitaux en préparation pourraient en effet développer une perception inexacte des facteurs clés de succès des start-up du numérique.

 

Un storytelling entretenu par les médias

Pour caractériser le traitement médiatique réservé aux start-up digitales, il convient d’aller à la rencontre des journalistes. 129 d’entre eux, issus de la presse généraliste (23%), économique (54%) et entrepreneuriale (23%) ont accepté de répondre à une série de questions sur l’entrepreneuriat numérique. Leurs opinions sont consignées dans le tableau ci-dessous :

 

Harverd Business Review, Bazenet, Houy
Tableau 1 : réponses de 129 journalistes aux questions posées par les auteurs du présent article.

 

Le tableau montre plusieurs résultats éloquents. Les journalistes assument par exemple contribuer à la construction d’une forme de mythologie autour des start-up. Ils sont 86% à être conscients de publier des informations susceptibles de romancer les aventures entrepreneuriales. Par ailleurs, 70% d’entre eux déclarent être plus enclins à faire paraître une actualité sur une start-up lorsque son fondateur a déjà réalisé un storytelling de son activité… Cette chronique a été initialement publiée le 9 juin 2017 sur le site de Harvard Business Review France. Lire la suite sur Hbrfrance.fr

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *