Accueil / A la Une / Fin du monde, début d’un autre – courage fuyons

Fin du monde, début d’un autre – courage fuyons

Attention vous êtes prévenus : cette vidéo contient la fin d’un monde et le début d’un autre !  Pour commencer, jetez un coup d’œil à la carte d’identité du  Meteor Crater.

 

meteor crater, balade mentale

Les conséquences d’un tel impact ? Destruction de toute forme de vie dans un rayon de 4 kilomètres. Ce type d’évènement survient environ tous les 300 ans. Mais ceci n’est rien en comparaison de ce qui est déjà survenu et ce qui surviendra à nouveau. « Le Meteor Crater est à un impact de grande ampleur, ce qu’un pet de mouche est au réacteur de la fusée Ariane » dixit Balade Mentale !

Pour s’en assurer, rien de tel qu’une mise en situation avec un simulateur d’impact de météorites comme celui réalisé par le Faulkes Telescope Project en partenariat avec le National Museum of Wales. Les youtubers programment un astéroïde de 12 kilomètres de diamètre. Nous devenons ainsi témoins d’un évènement semblable à celui ayant anéanti les dinosaures. L’astéroïde s’échoue à 500 kilomètres de Lisbonne dans l’océan Atlantique. Préparez-vous à des conséquences désastreuses car une météorite de cette taille laisse forcément des stigmates sur son passage.

Scénario désastreux: prise 1 !

Première cicatrice de son crash : un cratère de 35 kilomètres de profondeur sur 200 kilomètres de diamètre. Soit la taille de la Belgique sur 3 fois la fosse des Mariannes. Au moment où la météorite, judicieusement surnommée « Plume », touche la surface de l’Atlantique, son sommet se trouve encore à 12 kilomètres d’altitude. C’est au-delà de l’altitude de vol de nos avions. L’énergie dégagée par l’impact est si forte, que l’océan est vaporisé et se met à bouillir sur une centaine de kilomètres. Si par malchance vous vous trouviez dans cette zone, vous seriez vaporisé en moins de temps qu’il ne faut à votre cerveau pour comprendre la situation… A 500 kilomètres de là, Lisbonne assiste aux premières conséquences 6 secondes après le choc. Le rayonnement thermique atteint la ville. Tout s’enflamme : des vêtements aux brins d’herbe. Les habitants souffrent de brûlures au troisième degré… Si toutefois certains parviennent à survivre, ceux-ci doivent désormais subir une secousse sismique bien plus puissante que n’importe quel séisme mesuré à ce jour. Puis un souffle couchant 90 % des arbres et pouvant plier l’acier s’abat sur eux. Un double tsunami achève la partie en inondant l’Europe d’un côté et l’Amérique de l’autre. Lisbonne n’existe plus…

Et si vous êtes à Paris ? Après un séisme de 10.2 sur l’échelle de Richter, des roches de la taille de boules de pétanque et des cendres brulantes pleuvent sur la ville. Une vague de 60 mètres de haut déboule dans les rues. BREF, vous l’avez compris, le scénario catastrophe s’enchaine et on vous laisse le découvrir avec ou sans pop-corn.

 

Balade Mentale est une chaine de contenu culturel. Cette vidéo a été coproduite par le CCSTI La Rotonde Mines Saint-Etienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *