Accueil / Culture scientifique / Du « souci de soi » au « corps augmenté », la fabrique de l’exploit
corps augmenté, Presses des Mines

Du « souci de soi » au « corps augmenté », la fabrique de l’exploit

L’objet de cet ouvrage est d’explorer ce qui mène du « souci de soi », tel que défini par l’Antiquité grecque, au « corps augmenté », dont le sport de haut niveau propose aujourd’hui une version expérimentale.

 

Ce trajet, de la pratique corporelle à la performance, n’est pas seulement un reflet historique, celui d’une histoire des pratiques corporelles qui inclurait la médecine, les gymnastiques, l’éducation physique et le sport, dans leurs acceptions et finalités variées, et parfois antagonistes, au cours des siècles. Il traduit aussi le noeud problématique qui lie l’exercice physique à la thématique du dépassement : dépassement de soi lorsqu’il s’agit de s’améliorer, de s’entraîner pour « performer » ; dépassement des limites lorsqu’il s’agit de rendre effective la croyance moderne – et sportive – dans l’idée de progrès infini ; dépassement de la nature aussi lorsqu’il s’agit de mettre en question le « corps naturel », tout autant que l’« identité humaine » et ses contours, par l’usage de substances chimiques ou de prothèses.

Si l’évolution humaine se définit comme un arrachement permanent à la nature, la question du dopage et celle des exosquelettes pose celles des limites éthiques de la science, du prolongement du corps par la technique et d’un corps-machine d’un nouveau genre. L’impératif de performance pèse sur chacun et croise l’obsession de la santé parfaite, de la jeunesse et de la beauté éternelles. Cette quête s’empare du corps comme d’un prétexte pour viser une transcendance hypothétique, qui fait défaut par ailleurs. Améliorer, augmenter – la forme, les performances, l’apparence – semble toujours possible, occultant les questions de la souffrance et de la mort, du handicap, reléguant la vieillesse dans l’impensé. La chirurgie esthétique, l’entraînement sportif, la diététique, le(s) dopage(s) n’ont pas le même rapport à la temporalité, mais postulent un corps idéal dont la perfection est toujours différée. L’hypercorps entraîné, remodelé, esthétisé, médicalisé, technicisé du sportif d’élite, avec sa valeur d’objet marchand et fantasmatique, est à ce titre exemplaire.

Les contributions qui composent cet ouvrage sont issues des travaux du séminaire « Sport et Humanités », organisé à l’Université Paris Descartes au cours des années universitaires 2013-2014 et 2014-2015, en collaboration avec le Laboratoire d’Idées LASCO (laboratoire Sciences et compréhension du monde contemporain) de l’Institut Mines-Télécom, puis également en 2015-2016 avec l’appui du CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux).

À propos de l’auteur

Isabelle Queval est philosophe, maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches au département des sciences de l’éducation de l’Université Paris Descartes et membre du Centre de recherches sur les liens sociaux.

 

Du souci de soi au sSport augmenté, Presses des Minesport augmenté
Essais sur le corps entraîné, dopé, appareillé
Isabelle Queval (dir.)
Presses des Mines, 2016
Coll. « Libres opinions »
124 pages
20 € (broché) – 14 € (PDF)

Lire un extrait et commander l’ouvrage en ligne
sur le site des Presses des Mines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *