Accueil / A la Une / Communs numériques : des intérêts individuels au service d’un collectif
Digital Commons, Nicolas Jullien, Telecom Bretagne
Atelier de contributeurs Wikipédia

Communs numériques : des intérêts individuels au service d’un collectif

Dans un monde où l’économie repose de plus en plus sur les services, les biens communs numériques sont un élément clé pour le développement de l’économie collaborative. À Télécom Bretagne, Nicolas Jullien, chercheur en économie, étudie les communautés épistémiques en ligne, des communautés de création qui fournissent une plateforme permettant de produire et de stocker des connaissances. Il a montré que les comportements égoïstes pouvaient expliquer la réussite des projets collectifs comme Wikipédia.

 

Des communs matériels aux communs numériques

Villes en biens communs, domaines communs, assemblées des communs… les communs passent de la théorie à la pratique, opposant à la surexploitation d’une ressource commune au profit de quelques-uns, des solutions optimistes tant dans les champs sociologiques, économiques qu’écologiques.

« Les travaux menés depuis les années 60 par Elinor Ostrom, prix Nobel d’économie en 2009, ont permis de sortir de la seule alternative de biens communs soit privatisés, soit gérés par la puissance publique » rappelle Nicolas Jullien. « Elle a étudié une troisième voie institutionnelle où des communautés gèrent collectivement des biens communs. » Ces travaux ont d’abord porté sur des communs naturels ou matériels, comme la gestion collective de pêcheries, puis, avec Internet, sur les communs de la connaissance. La tentation des enclosures (exproprier les acteurs des communs de leurs droits d’usage) a alors surgi à nouveau, autour de la gestion des droits d’auteurs et de droits numériques inédits.

Le chercheur s’intéresse aux collectifs en ligne dont le but est de produire de la connaissance formalisée, à ne pas confondre avec les forums, qui sont des communautés de pratiques. « Un commun numérique est un ensemble de connaissances que des personnes gèrent ou coproduisent » explique Nicolas Jullien, citant Wikipédia, le logiciel libre, l’open hardware Pour qu’un commun matériel fonctionne, il ne doit pas y avoir trop d’individus concernés, avant qu’ils ne s’organisent et choisissent leurs règles, ce qui nécessite des barrières à l’entrée. « Les choses sont différentes dans un commun numérique, car il n’y a pas, apparemment, de barrière à l’entrée, tout le monde peut facilement contribuer », précise le chercheur qui se pose alors les deux questions suivantes : pourquoi des individus acceptent de faire une action collective sur un commun numérique sans y être obligés ? Comment organiser cette action collective ?

Le numérique ne change pas fondamentalement le fonctionnement des gens, ni l’engagement volontaire, mais permet un effet de masse et d’entraînement démultiplié, agissant comme facilitateur. Il fait se rencontrer des gens plus spécialisés, autour de systèmes d’information coordonnés et gérés via des bots informatiques et des intelligences artificielles… Enfin, la mise à disposition de la production n’étant pas très coûteuse, que des gens profitent du commun sans payer est moins grave.

 

L’égoïsme comme moteur des actions collectives

Les communs numériques nécessitent-ils de nouvelles théories pour les comprendre ? « Non », estime le chercheur, qui ajoute : « certes les technologies évoluent, mais les êtres humains fonctionnent toujours pareil. Les théories qui existent expliquent assez bien ces communs numériques, les raisons d’implication des gens et comment les acteurs s’articulent autour de ces communs. »

Parmi celles-ci, celle de Marwell & Olliver en 1993. Elle établit que lorsqu’on s’investit, on fait un arbitrage entre coût et opportunité. L’action collective y est un regroupement d’intérêts individuels assez égoïstes, à des niveaux d’implication très variés. Et il faut un dénominateur commun, qui permet de rappeler des règles d’un niveau supérieur. Ce sont des filtres à l’entrée, des systèmes de coordination, des personnes qui se dévouent pour faire respecter ces règles, des robots qui patrouillent . « S’il n’y avait que des égoïstes cela ne marcherait pas », souligne Nicolas Jullien. Car s’il y a un intérêt purement égoïste à l’origine, « je le fais parce que cela me plaît, parce que j’en ai besoin, pour le défi intellectuel, pour le bien du monde », rapidement émerge un intérêt à mettre du contenu sur les plateformes et à en suivre les règles « ce qui est la clé de fonctionnement, car l’objectif est bien celui de la production de connaissances. »

Jusqu’à quel point les participants de ces communautés sont-ils égoïstes ? Le chercheur et son équipe, en collaboration avec l’Université de la Rochelle et la fondation Wikimédia France, se sont intéressés aux attitudes sociales des wikipédiens, y compris les utilisateurs non-contributeurs dont le rôle est souvent sous-estimé. 13 000 wikipédiens ont été soumis au « jeu du dictateur : vous recevez une somme de 10 € et devez la partager avec une autre personne ; combien gardez-vous ? » selon un protocole précis permettant de savoir si la communauté fabriquait des comportements pro-sociaux, ou si les individus affichaient des préférences prosociales préalables qui expliquaient leur comportement. Deux tiers des participants ont répondu 50/50, bien au-delà d’un chiffre de 40% habituel sur ce jeu, montrant que les wikipédiens se retrouvent sur cette norme sociale de partage. Mieux encore, alors que des études antérieures indiquaient que les contributeurs de Wikipédia ont des attitudes prosociales plus fortes que leurs contemporains, l’analyse ne relève pas de différences entre contributeurs et non contributeurs. « Nous avons observé que le fait de fréquenter Wikipédia nous rendait plus propices à avoir des comportements pro-sociaux (pas forcément altruistes).» Autrement dit, le respect d’une norme sociale augmente en même temps que le sentiment d’un collectif apparaît.

 

Économie et biens communs numériques

Ces travaux, qui s’inscrivent à la croisée des disciplines économie industrielle et management des organisations, vont nourrir la formation des élèves-ingénieurs sur la gestion du changement numérique dans les organisations. Le chercheur se pose une troisième question : quel est l’impact des projets de communs numériques sur l’économie ? Il y a d’abord l’émergence de ce que l’économiste Paul Romer appelle dès 1993 des « biens publics industriels », autour desquels les acteurs cherchent à se positionner. « Dans un monde idéal, je voudrais faire quelque chose comme open street map, mais sans qu’un concurrent fasse comme moi, avant moi. C’est ce qui m’amène à collaborer à un standard ouvert », illustre Nicolas Jullien. Et comme il ne peut y avoir une multitude de plateformes pour répondre à un même besoin, il existe des rendements croissants d’adoption : plus cela va et plus on souhaite contribuer sur telle plateforme plutôt qu’une autre, et en accepter les règles même si ce ne sont pas exactement celles que l’on voudrait.

« Ce qu’on a observé dans le logiciel libre s’observe aussi sur Wikipédia », remarque le chercheur. Des individus sont payés pour s’assurer que les références sont bien à jour. Tout un travail d’édition, de quantification de l’information, de veille, d’intégration des contenus produits dans des « services au-dessus » se développe. Cette dynamique de vérification et d’évolution, fournie par la communauté, crée le business. Sans elle, « si le bien commun ne bouge plus », il n’y a plus de raison de participer.

« Il reste bien d’autres questions », poursuit le chercheur, « qui s’inscrivent dans les axes de recherche européens et nationaux sur les sociétés innovantes et le renouveau industriel », questions explorées hier à travers le projet ANR CCCP-Prosodie, et aujourd’hui le projet ANR commun avec la Fing, CAPACITY. Comment évoluent les métiers au contact quotidien des communs numériques, les bibliothécaires par exemple ? Qu’apprend-on dans ces communs, « qui sont comme des guildes de jeux », quels liens entre les compétences pratiques qui y sont développées et les compétences académiques, quelle valeur sur les CV ? Les entreprises qui embauchent un développeur de communs achètent-elles un accès à la communauté ? Pour Nicolas Jullien, toutes ces questions ouvertes mériteraient d’être étudiées dans une chaire sur les communs numériques.

 

À lire sur le blog : Économie collaborative : la simplicité des échanges ? Pas si sûr…

Nicolas Jullien, Communs numériquesMaître de conférences en économie à Télécom Bretagne, Nicolas Jullien travaille sur les biens communs depuis sa thèse sur l’économie du logiciel libre en 2001. Coordinateur du pôle breton M@rsouin de mesure et d’analyse des usages numériques jusqu’en 2008, il est responsable, à Télécom Bretagne, de l’équipe de recherche ÉTIC (Évaluation des dispositifs TIC) et du master économie des TIC, co-habilité avec l’Université Rennes 1. Visiting professor à l’iSchool de Syracuse (État de New-York) en 2011 où il mène une recherche sur les communautés de production en ligne, il est titulaire d’une HDR depuis 2013. Guidé par un esprit curieux plus que par un goût particulier pour l’élaboration de théories, cet ingénieur féru d’approches multi-vues pour appréhender les phénomènes complexes, intègrera en janvier 2017 le conseil de direction du LEGO, le Laboratoire d’Économie et Gestion de l’Ouest (UBO/UBS/Télécom Bretagne).

 

Rédaction : Nereÿs

Retrouvez ici tous les articles de la série « Carnets de labos »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *