Accueil / A la Une / Industrie du futur : soutenir la transformation numérique des entreprises avec le monde académique
Industrie du futur : soutenir la transformation numérique des entreprises avec le monde académique

Industrie du futur : soutenir la transformation numérique des entreprises avec le monde académique

Bouton IdF petitLe soutien au développement économique des entreprises est une des missions majeures de l’Institut Mines-Télécom. Dans le cadre du projet de transformation du modèle industriel français porté par Emmanuel Macron – et concrétisé au sein de l’alliance Industrie du futur – ce soutien doit permettre aux entreprises d’assurer leurs métamorphoses par le numérique à partir, notamment, de la recherche académique. Cyril Faure, directeur des relations avec le monde économique à Mines Saint-Étienne, participe au pilotage à l’échelle de l’Institut du groupe de travail chargé du déploiement de l’offre aux entreprises.

 

La modernisation de l’outil industriel et la transformation du modèle économique des entreprises par le numérique sont au cœur des objectifs affichés en mai 2015 par le ministère de l’Économie, de l’industrie et du numérique. Véritable levier de cette transformation à l’échelle nationale, le projet Industrie du futur a bénéficié pour cela de la création d’une alliance éponyme en juillet dernier réunissant acteurs industriels et académiques dont l’Institut Mines-Télécom, qui a récemment consacré un colloque sur cette thématique. Au sein de cette alliance qui réfléchit aux enjeux des grandes transitions des entreprises, un groupe travaille plus particulièrement sur le déploiement de l’offre aux entreprises. Son but ? Aider les acteurs économiques, et notamment les PME, dans leurs transformations technologiques.

Pour Cyril Faure, animateur de ce groupe de travail à l’échelle de l’Institut, les entreprises ont une conscience très forte de l’environnement dans lequel elles évoluent. Il s’agit donc d’identifier avec elles des solutions d’aide au développement. « Les entreprises ont besoin d’une méthodologie et d’un accompagnement pour cibler les déterminants d’une intégration numérique réussie » nous confie-t-il ainsi. Selon Cyril Faure, c’est à ce niveau que l’Institut Mines-Télécom apporte une réelle valeur ajoutée grâce à son implantation régionale forte et ses 13 écoles réparties en France. « Nous mettons à disposition toute notre approche et notre expertise, en alliant compétences industrielles et numériques, permettant à l’entreprise de mieux formaliser sa stratégie de développement » nous explique-t-il.

 

Journée portes ouvertes organisées par ONET en partenariat avec Mines Saint-Étienne.
Journée portes ouvertes organisée par ONET en partenariat avec Mines Saint-Étienne.

Une expertise multidisciplinaire…

De ce point de vue, « l’Institut est une chance » affirme Cyril Faure. Pour lui, l’équation ne peut pas être résolue école par école, mais à un niveau global. Il illustre ainsi ses propos avec son expérience stéphanoise. Sur ses projets d’offre aux entreprises, l’école est notamment associée à Télécom ParisTech et au CETIM (également membre de l’alliance Industrie du futur aux côtés de l’Institut). « En tant qu’école des mines, nous avons une forte connaissance de l’industrie. Télécom ParisTech apporte ses compétences dans le numérique, et le CETIM son expérience en transfert technologique » reconnaît Cyril Faure.

Cette complémentarité permet à l’Institut Mines-Télécom de proposer des solutions d’accompagnement sur chacune des sept technologies clés du projet Industrie du futur, identifiées par le groupe de travail en charge du développement de l’offre future. Parmi elles, les nouveaux matériaux, la digitalisation de la chaîne de valeur, la fabrication additive ou encore l’efficacité énergétique et la place de l’Homme dans l’usine. Cette expertise multiple offre un atout sur des secteurs porteurs comme les matériaux innovants et biosourcés, la médecine du futur, l’internet des objets, etc.

… Et une offre multifacette

Concrètement, ce soutien au développement des entreprises se fait de plusieurs façons. Une des forces de l’Institut Mines-Télécom vient de ses étudiants et notamment de ses élèves-ingénieurs en apprentissage. « Nous avons une très forte culture de formation par alternance à Mines Saint-Étienne » confie également Cyril Faure. Une culture qui se développe progressivement dans toutes les écoles de l’Institut. L’alternant se révèle être un véritable atout pour une PME, car c’est avant tout « un collaborateur présent pour 3 ans, favorisant la perméabilité entre sciences et technologies ». À l’Institut Mines-Télécom, les étudiants sont donc également des contributeurs actifs de la construction de l’industrie demain.

Une des autres facettes est la mise à disposition de plateformes d’accompagnement R&D et d’un réseau d’experts à travers tout le territoire national pour conseiller les PME. Pour Cyril Faure, il s’agit « d’identifier des grands facteurs de compétitivité d’une entreprise. Nous essayons ensuite d’aboutir à des projets porteurs capables de faire l’objet d’un financement du programme Investissement d’avenir (PIA) ». L’objectif est d’assurer la montée en gamme des produits proposés par les entreprises, et de basculer du low-tech vers le high-tech afin de rendre les entreprises plus concurrentielles. Pour une entreprise, achever ses transitions est donc plus qu’une simple mise à jour : c’est un véritable gain de compétitivité.

 

En savoir + sur l’alliance Industrie du futur
En savoir + sur l’industrie du futur, un présent pour l’Institut Mines-Télécom
En savoir + sur la fabrication additive, procédé de l’industrie du futur

 

Le+bleu

Une nouvelle Bourse aux technologies dédiée à l’industrie du futur le 22 mars 2016 à Bercy

Les Bourses aux technologies de l’Institut Mines-Télécom sont des journées de rencontres et d’échanges entre chercheurs et PME permettant de découvrir une sélection de technologies issues des laboratoires des écoles de l’Institut Mines-Télécom et de ses partenaires dans le cadre de CVstène, et prêtes à être transférées. C’est avant tout un accès facilité aux résultats de la recherche académique sur un sujet donné.

Dans le cadre de l’engagement de l’Institut dans le projet Industrie du futur, une série de Bourses aux technologies sera organisée sur cette thématique. La première, prévue pour le 22 mars 2016, se déroulera à la Direction générale des entreprises (DGE) et portera sur le smart manufacturing.

En savoir + sur les Bourses aux technologies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *