Le premier produit de Sevenhugs, le hugOne, est constitué d'une base et de plusieurs minihugs.

Sevenhugs emmène la French Tech à la conquête du sommeil

En 2015, Sevenhugs aura participé à la plupart des salons internationaux dédiés aux nouvelles technologies. Incubée à Télécom ParisTech l’année dernière, la start-up représente le succès de la French Tech dans la domotique. En décembre, Sevenhugs sera finaliste des Grands prix de l’innovation de la ville de Paris grâce à son produit, le hugOne, qui permet à ses utilisateurs d’optimiser leur sommeil en toute sécurité grâce aux technologies numériques.

 

Morphée n’a qu’à bien se tenir ! La transition numérique touche aussi les divinités grecques, à tel point que le sommeil pourrait bientôt ne plus être le monopole du fils de Nyx. C’est du moins l’objectif auquel aspire la start-up Sevenhugs qui, tel Prométhée volant le savoir divin pour le donner aux hommes, souhaite offrir à chacun le pouvoir d’optimiser son sommeil. Incubée à Télécom ParisTech en 2014, Sevenhugs est aujourd’hui finaliste des Grands prix de l’innovation de la ville de Paris dans la catégorie « technologies numériques », dont la cérémonie de remise des prix aura lieu le 3 décembre prochain. Elle fait partie de ces acteurs de la French Tech qui misent sur le secteur très porteur des objets connectés. Son succès, la start-up le doit à quatre hommes et une idée. Les hommes d’abord : Simon Tchedikian, Stéphane Jaubertou, Lionel Marty et Olivier Mandine. Quatre anciens professionnels spécialisés dans les semi-conducteurs ayant décidé de fonder un projet ensemble. L’idée ensuite : « créer une structure dans leur domaine d’expertise, pour développer des produits grand public permettant de simplifier le quotidien à la maison » nous raconte Émilie Nérot, community manager pour Sevenhugs. Le premier de ces produits, le hugOne, était initialement destiné au contrôle de la qualité de l’air, de la température et de l’humidité dans les pièces de la maison. Cependant, de nombreux concurrents s’étaient déjà engagés sur ces axes-là. Alors les quatre cofondateurs ont eu l’idée d’agrémenter l’offre d’une fonctionnalité qui fait aujourd’hui toute l’originalité du hugOne : la possibilité de suivre et d’améliorer son sommeil.

Lancée en 2014, Sevenhugs propose une solution pour optimiser son sommeil.
Lancée en 2014, Sevenhugs propose une solution pour optimiser son sommeil.

 

Il faut dormir à point

Concrètement, le hugOne est composé de plusieurs éléments. Premiers de ceux-ci : des mini-capteurs électroniques de quelques centimètres carrés appelés minihugs qui se placent dans un coin du matelas, sous le drap housse. Dotés d’accéléromètres, ils sont capables de détecter les mouvements du dormeur en fonction de l’agitation du matelas, et d’en déduire dans quelle phase de sommeil l’utilisateur se trouve. Ils communiquent ensuite ces données à une base cubique située en général dans le salon et qui centralise les données récoltées de chaque minihug associé aux membres de la famille. « Notre priorité est la sécurité, assure Émilie Nérot, les minihugs enregistrent donc les données pendant la nuit, sans les communiquer, et les transmettent par radio à la base lorsque les personnes sont hors du lit ». Ainsi, aucun risque pour les enfants d’être surexposés aux ondes pendant qu’ils dorment. Une fois les données collectées, elles sont accessibles via une application pour smartphones. Il est alors possible d’identifier les heures d’éveil ou de sommeil profond. En plus de cela, l’application procure des conseils pour optimiser son repos nocturne, concernant la régularité des heures de coucher par exemple. Le hugOne possède également une alarme intelligente programmable, qui peut se déclencher jusqu’à 20 minutes avant l’heure de réveil prévue par l’utilisateur pour le sortir de son sommeil de façon optimale et diminuer ainsi la fatigue matinale. « Le hugOne est aussi compatible avec les ampoules intelligentes de Philips pour contrôler la luminosité dans la pièce au réveil » ajoute Émilie Nérot. Enfin, la base est équipée de LED qui changent de couleur pour indiquer des heures programmées de coucher des enfants ou la nécessité d’aérer le domicile en cas de dépassement du seuil acceptable de qualité de l’air.

 

Les minihugs de Sevenhugs se placent dans un coin du matelas et enregistrent l'activité du dormeur pendant son sommeil.
Dotés d’accéléromètres, les minihugs placés dans le coin du matelas enregistrent l’activité du dormeur.

 

Sevenhugs sur la scène internationale

Et le produit séduit. En janvier 2015, Sevenhugs participait au Consumer electronics show (CES) à Las Vegas ; le plus gros rendez-vous mondial des acteurs de l’électronique. En mars, la start-up réalisait une levée de fonds de 1,5 millions d’euros auprès de différents fonds d’investissement dont celui de Xavier Niel. Fin octobre, c’est à la Foire d’automne de Paris que la jeune entreprise présentait son produit. Tout dernièrement, Sevenhugs était représentée au Web summit de Dublin du 3 au 5 novembre. Autant de reconnaissances de la scène internationale des nouvelles technologies numériques. Un succès qui se remarque aussi en interne, puisque l’effectif est passé de 4 fondateurs à une douzaine de collaborateurs. Un chiffre qui devrait monter à 20 en 2016. Mais pour continuer ensuite son développement, Sevenhugs devra « probablement passer par une nouvelle levée de fonds » comme le prévoit Émilie Nérot. Si rien n’est joué d’avance et qu’il est préférable de rester plus prudent qu’Icare, la commercialisation du hugOne en novembre et la participation déjà assurée de Sevenhugs au CES 2016 devrait lui offrir une base solide pour poursuivre sa conquête du royaume de Morphée.

 

Vidéo de présentation du hugOne :