projet TMS haut débit en mer
Scénario typique du projet TMS

Le haut débit en mer à bas coût ? C’est presque possible !

Larguer les amarres et rester connecté, c’est déjà possible grâce aux communications satellites ou VHF. Toutefois, la première solution est extrêmement coûteuse et la seconde n’offre que très peu de débit. Le projet collaboratif TMS (Terminal marine stabilisé) a permis de développer un boîtier de communication de type 4G fonctionnant jusqu’à 20 kilomètres des côtes et cela à faible coût !

Scénario typique du projet TMS
Scénario typique du projet TMS

Fruit de recherches et de collaborations nombreuses, le boitier TMS relève le défi de la communication très haut débit sans fil. Bientôt, partir en mer ne sera plus forcément synonyme d’isolement. Placé en tête de mât, le terminal marinisé 4G/LTE  est  connecté à un routeur qui distribue le réseau vers n’importe quel appareil à bord comme un ordinateur portable, une tablette, un smartphone… Le débit obtenu correspond à de la 4G en centre-ville avec 15 Mégabits par seconde en voie montante et 30 Mégabits en voie descendante. Lire l’actualité, consulter la météo, regarder ou envoyer des photos , surfer sur internet deviennent alors possibles.  Les communications avec la terre ferme se voient grandement améliorées ce qui contribue également à la sécurité à bord. Grâce à ce système, les capitaineries pourraient, par exemple, envoyer la cartographie du port aux plaisanciers en approche y ajouter la localisation des emplacements disponibles ainsi que les informations pratiques et services proposés par les commerçants aux alentours…

Un projet collaboratif récompensé

Le boitier TMS a été développé dans le consortium TMS composé d’Alcatel-Lucent, de  Thales, de la dynamique PME Déti, de Satimo et de Télécom Bretagne. Le projet a reçu les labellisations des Pôles Mer et Images & Réseaux ; les prix Compétitivité et le grand prix BPI France ont aussi couronné le travail de l’ensemble du partenariat lors de la journée « Loading the Future » en automne dernier.

La contribution de Télécom Bretagne

L’équipe TMS de Télécom Bretagne : Ch. Lohr, J. Ménard, Y. Le Roux, J.-P. Jolivet, M. Le Gall, P. Mitharwal
L’équipe TMS de Télécom Bretagne : Ch. Lohr, J. Ménard, Y. Le Roux, J.-P. Jolivet, M. Le Gall, P. Mitharwal

La contribution de Télécom Bretagne concerne principalement les aspects propagation des ondes et la réalisation d’un système de routage intelligent. Pour cela, les départements Électronique et Informatique ont uni leurs savoir-faire. L’équipe a contribué à la définition et la réalisation d’un démonstrateur de terminal LTE fonctionnant dans la bande des 2.6 GHz basé sur l’intégration d’un modem associé à un module de contrôle d’antennes intelligentes. Développé de manière à être adapté au milieu marin (mécanique durcie, tenue à l’humidité, au brouillard salin,compensation des mouvements du bateau..), le terminal est associé à un système  permettant de maintenir le faisceau de l’antenne dans une direction optimum afin d’optimiser la portée des communications. Il aura fallu résoudre quantité de challenges techniques pour réussir à mettre au point le boîtier à commencer par la prise en compte de la réflexion des ondes qui se mélangent, se combinent et diffractent à la surface de l’eau. Pour assurer une bonne connexion, le boîtier embarque une technologie qui permet de recueillir et de stabiliser le signal en provenance de multiples directions. Lors de la réalisation des essais en rade de Brest, l’équipe TMS de Télécom Bretagne a utilisé le réseau disponible ImaginLab du Pôle Images et réseaux.

Essai des terminaux lors du départ de la route du Rhum

Quatre terminaux TMS ont été installés sur des bateaux de secours et sur l’embarcation du comité de course. Grâce au système déployé, le point de contrôle central a disposé d’images de grande qualité en temps réel pour surveiller la situation. Test grandeur nature réussi !

Commercialisation possible au printemps 2015

Si un opérateur se déclarait intéressé, l’industrialisation des produits serait possible pour le printemps 2015. Le boitier, fabriqué en Ille et Vilaine, serait vendu au prix public de  1 000 euros pour le modèle d’entrée de gamme. Le marché est immense, rien que le secteur de la plaisance représente 4 millions de bateaux en France, à cela, il est possible d’ajouter les flottilles de pêche, les sociétés de location, les coureurs des mers…

Contact Yvon Le Roux, yvon.leroux@telecom-bretagne.eu

Lire aussi Les plaisanciers aussi vont avoir droit à la 4G

Source Lexians, la lettre d’information de Télécom Bretagne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *