Agenda
Accueil / Culture scientifique / Fabrice Flipo co-signe « La face cachée du numérique », un ouvrage paru aux éditions l’Échappée

Fabrice Flipo co-signe « La face cachée du numérique », un ouvrage paru aux éditions l’Échappée

couv_facecacheenumeriqueLes nouvelles technologies, en dématérialisant les activités humaines, permettraient de réduire l’impact de la croissance sur la biosphère, voire, pour les plus enthousiastes, pourraient résoudre la crise environnementale. Si le monde numérique semble virtuel, les nuisances, elles, sont pourtant bien réelles : que ce soit sur le plan énergétique par l’utilisation d’une quantité considérable de matières premières pour la fabrication des appareils électroniques, ou encore par l’accroissement permanent de la masse de déchets d’équipements électroniques particulièrement polluants. Dans ce travail précis et informé, les auteurs montrent l’impact environnemental réel du numérique en s’appuyant sur de nombreuses études. Ils démontent de manière implacable le mythe d’une nouvelle économie propre et écologique.

Les auteurs :
Fabrice Flipo, maître de conférences en philosophie à Télécom École de Management, a publié plusieurs ouvrages sur la crise écologique : Justice, nature et liberté (Parangon, 2006), Le Développement durable (Bréal, 2007), La Décroissance (La Découverte, 2010), et sur l’impact écologique des infrastructures numériques : Écologie des infrastructures numériques (Hermès, 2008).

Marion Michot, ingénieur télécom, est formée aux analyses de cycle de vie.

Michelle Dobré, professeur de sociologie à l’université de Caen, a publié plusieurs ouvrages sur la consommation écologique, notamment L’Écologie au quotidien. Éléments pour une théorie sociologique de la résistance ordinaire (L’Harmattan, 2003).

La face cachée du numérique
L’impact environnemental des nouvelles technologies
Fabrice Flipo, Michelle Dobré et Marion Michot
L’Échappée, 2013
144 pages
12,00 €

2 commentaires

  1. Oui le monde numérique n’est pas virtuel et il existe grâce à des tuyaux à de la matières premières et de l’énergie. On peut pousser le bouchon un peu plus loin en incluant l’aspect environnemental dans une vision politique. Voir : « Penser politiquement la société numérique » http://lecafepolitique.free.fr/spip.php?article290

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *