Accueil / Numérique / The Secure Compression Lab : l’Institut Mines-Télécom lance un premier laboratoire commun avec une PME et une start-up sur la compression et la sécurisation des données

The Secure Compression Lab : l’Institut Mines-Télécom lance un premier laboratoire commun avec une PME et une start-up sur la compression et la sécurisation des données

L’explosion des médias semble sans fin et les capacités de stockage et de transmission des données (principalement la vidéo mais aussi la 3D) s’améliorent mais à une vitesse inférieure à la croissance des volumes de ces données.  Dans ce contexte, il est de plus en plus important de maîtriser le futur de la compression et de la sécurisation de ces contenus. L’objectif de cette nouvelle coopération académique/entreprises est notamment d’étudier la demande et l’évolution des standards du domaine, de les qualifier (c’est-à-dire de mener une analyse technique de ces standards pour voir s’ils répondent aux besoins identifiés) en fonction des modèles d’affaires afin de proposer des améliorations algorithmiques et systémiques permettant de répondre aux contraintes du marché. Les partenaires de ce laboratoire commun sont l’Institut Mines-Télécom, qui apporte sa maitrise académique de la compression et de la sécurité, Doremi qui est aujourd’hui le leader mondial des serveurs de cinéma numérique, et Secure-IC qui apporte son expertise de design de composants de sécurité.

Pour Philippe Letellier, directeur de l’innovation de l’Institut Mines-Télécom, « La consommation de média semble ne pas avoir de limite et impose le développement de nouvelles solutions pour compresser ces données afin de pouvoir les stocker mais aussi les transmettre. Ces données ont une valeur importante qui fait vivre tout un secteur économique, il est donc important pour l’emploi de faire évoluer les outils de sécurisation de ces contenus. Doremi, leader mondial des serveurs de cinéma numérique, et Secure-IC, spin-off de l’Institut reconnu pour son expertise en composants sécurisés, ont décidé de se rapprocher sur ces thématiques de recherche pour bâtir ensemble le futur de la compression sécurisée et ont souhaité bénéficier de l’expertise mondialement reconnue  de l’Institut Mines-Télécom sur ces sujets. Je suis très heureux de ce rapprochement avec des PME technologiques à forte croissance. L’Institut Mines-Télécom y joue son rôle d’acteur de la recherche au service du développement économique ».

Pour Camille Rizko, PDG de Doremi,

« Doremi accompagne ses clients dans la gestion de leur contenus numériques audio et vidéo depuis plus de 25 ans. Afin de renforcer son avance technologique dans la compression et la sécurisation des contenus, Doremi s’engage dans une collaboration technique avec l’Institut Mines-Télécom et Secure-IC. L’expertise métier de Secure-IC dans la sécurité et l’excellence reconnue des laboratoires de l’Institut Mines-Télécom en font deux partenaires de choix pour ce projet de collaboration

Pour Hassan Triqui, PDG de Secure-IC, « Secure-IC est très fier de coopérer avec deux noms prestigieux comme Doremi, leader mondial dans le domaines des serveurs de cinéma numérique, et l’Institut Mines-Télécom, référence internationale en matière de recherche et d’innovation. Nous souhaitons mettre au service de cette alliance toutes nos compétences et notre propriété intellectuelle sur les composants de sécurité afin d’imaginer ensemble les services de demain, et les doter du niveau de confiance numérique adéquat.»

Ce laboratoire commun travaillera sur 4 axes de recherche :

–  Axe 1. Analyse de l’évolution des marchés et de la demande des usages,

–  Axe 2. Recherche algorithmique sur la compression des médias,

–  Axe 3. Recherche algorithmique et design de composants de sécurisation,

–  Axe 4. Analyse système des solutions techniques,

Le Secure Compression Lab est dirigé par Béatrice Pesquet-Popescu (Télécom ParisTech) pour la compression et Frédéric Cuppens (Télécom Bretagne) pour la sécurité. Les résultats des travaux donneront lieux à des publications scientifiques, mais aussi à de la propriété intellectuelle (brevets et logiciels qui seront exploités directement par les deux PME).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *