Accueil / Numérique / Le projet Neucod de Claude Berrou (Télécom Bretagne) reçoit le soutien de l’European Research Council (ERC)

Le projet Neucod de Claude Berrou (Télécom Bretagne) reçoit le soutien de l’European Research Council (ERC)

Claude Berrou, professeur à Télécom Bretagne (Institut Télécom), vient de se voir attribuer une subvention de 1,9 millions d’euros par le Conseil européen de la recherche (European Research Council, ERC) pour ses travaux associant théorie de l’information, informatique, électronique et neurosciences.

L’appel d’offres ERC advanced grants2011 a conduit plus de 2000 chercheurs confirmés, de toutes les disciplines scientifiques et de tous les pays européens, à soumettre des propositions de recherche pour les cinq années à venir. Environ 13 % des projets soumis ont finalement été sélectionnés dont le projet porté par Télécom Bretagne.

Intitulé Neucod (pour Neural coding), ce programme de recherche vise à identifier et exploiter les fortes analogies observées entre la structure et les propriétés du cortex cérébral, et celles des décodeurs correcteurs d’erreurs modernes. Fortement interdisciplinaire, Neucod associe théorie de l’information, informatique, électronique et neurosciences. La subvention accordée par l’ERC va permettre au porteur du projet de constituer une équipe de huit chercheurs qui travaillera pendant cinq ans sur l’élaboration d’une théorie de l’information mentale.

Les répercussions attendues de ce travail portent sur l’intelligence artificielle ainsi que sur les neurosciences cognitives.

Pour convaincre le Conseil européen de la recherche, Claude Berrou a fait valoir son expertise internationale en matière de codage distribué et l’environnement scientifique de haut niveau de Télécom Bretagne et de l’Institut Télécom. Il a pu faire état tout particulièrement des turbocodes, système de codage ultra-performant pour les communications qu’il a inventé au début des années 1990 avec le concours de son collègue Alain Glavieux, disparu en 2004. Les turbocodes sont aujourd’hui massivement utilisés dans la téléphonie mobile 3G et 4G

« Cette subvention européenne est à la fois une reconnaissance appuyée de nos travaux passés sur le codage pour les télécommunications et une formidable opportunité pour nous permettre d’en élargir les applications aux neurosciences. La question à laquelle nous devrons répondre dans quelques années est en effet celle-ci : l’information mentale est-elle fondamentalement numérique et si oui – ce dont je suis persuadé -, pouvons-nous utiliser les mêmes méthodes que dans les télécommunications pour mieux la comprendre et en exploiter les principes ?», commente Claude Berrou.

 

Claude Berrou, le co-inventeur des turbocodes

Claude Berrou, né en 1951, est professeur au département Electronique de Télécom Bretagne et également conseiller scientifique de l’UMR CNRS Lab-STICC. Au début des années 1990, Claude Berrou a inventé et mis au point, avec le concours d’Alain Glavieux, une nouvelle famille de codes correcteurs d’erreurs, les turbocodes, ainsi que les décodeurs itératifs associés. Les turbocodes ont été les premiers codes correcteurs quasi-optimaux, au sens de la théorie développée par l’américain Claude Shannon en 1948 et sont aujourd’hui utilisés dans de nombreux systèmes de télécommunications, dont la téléphonie mobile 3G et 4G.

Il a ensuite contribué à l’extension du principe turbo aux différentes fonctions d’un récepteur de télécommunication (turbo-détection, turbo-égalisation, etc.).

Claude Berrou, qui est l’un des dix scientifiques français les plus cités dans les sciences de l’information, a reçu de nombreux prix nationaux et internationaux dont le Grand Prix France Télécom de l’Académie des sciences (2003), la médaille Hamming (IEEE, 2003) et le prix Marconi (2005). Il est membre de l’Académie des sciences (2007), Fellow IEEE (2008) et membre émérite de la SEE (2010). Son activité de recherche est aujourd’hui presque entièrement consacrée à l’intelligence artificielle.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *